Le jardinage est une des activités qui nous permet d’avoir le plus de contrôle sur notre impact sur l’environnement. En faisant les bons choix d’aménagement et en ayant de bonnes pratiques dans l’entretien de ses espaces verts, il est possible d’avoir une attitude vraiment vertueuse. Nous vous proposons dans cet article de parler de quelques bonnes pratiques éco-friendly que vous pouvez mettre en en place pour entretenir votre jardin.

Désherbage : manuel ou thermique

Pendant longtemps, on s’est habitué à utiliser des désherbants chimiques universels ou sélectifs pour faire la chasse aux mauvaises herbes. Ces produits, qui pénètrent en profondeur dans le sol peuvent provoquer de terrible dégâts pour le reste de la flore environnante et ce, pendant des années en dénaturant le sol ! On pourrait alors être tenté de se rabattre sur des recettes de grand-mère avec des désherbant fait maison comme le vinaigre ou le bicarbonate de soude. Pourtant, ces produits, si naturels qu’ils soient, modifie l’acidité du sol et impacte son bon équilibre. La seule bonne pratique pour cela, est d’utiliser des méthodes non invasives. On pense naturellement au désherbage manuel, qui consiste à extraire à la main les mauvaises herbes à la racine pour éviter qu’elles ne repoussent. Vous pouvez aussi opter pour un désherbeur thermique qui viendra tuer la plante invasive de façon très localisée, sans impacter les semences voisines.

Préserver la biodiversité dans l’aménagement du jardin

Lorsque vous planifiez l’aménagement de votre jardin, vous allez en réalité modifier une parcelle où évolue une riche biodiversité. Les plantes se nourrissent et se protègent les unes les autres, comme nous le rappelle la permaculture. Et surtout, votre extérieur sert de coulée verte pour toutes sortes de faune. Même au cœur de la ville, un petit jardin peut abriter de nombreux hérissons. Pour ne pas impacter ces écosystèmes, la solution est de penser aussi bien la disposition de son extérieur mais également le choix des plantes qui l’occuperont, de façon à maintenir ces équilibres. Pour cela, il est intéressant de se faire accompagner par des spécialistes qui aideront à structurer les parcelles (pour en savoir plus, suivez ce lien). Avantage de passer par ce type de services : ils disposent généralement des outils, techniques et plantes pour rapidement passer du plan à l’aménagement du jardin comme proposé ici. Concrêtement, l’approche nécessite de prévoir une étude qui s’appuiera sur la nature du sol, les plantes déjà existantes, la configuration actuelle du jardin et de son environnement. Une fois ces paramètres pris et les envies recueillies, il s’agira de dessiner et d’aménager un extérieur qui correspond à vos attentes tout en respectant la vie des plantes et animaux qui cohabitent avec vous dans le jardin.

Créez des cercles vertueux avec des produits maisons

Lorsqu’on entretien un jardin écologique, cela demande d’adopter des réflexes de vie qui seront non invasifs. Et cela dépasse les moments où l’on jardine. Vous l’aurez compris, on va parler ici de composte. Le jardin est une composante d’un ensemble qu’est la maison. Lorsque l’on cuisine et que l’on mange, les déchets alimentaires végétaux pourront servir à alimenter le compost qui lui-même viendra livrer de précieux nutriments à l’ensemble des plantes du jardin. Cet engrais écologique a également une autre vertu : il conserve l’humidité au pied des plantes. Résultat, vous réalisez des économies d’eau ? D’une façon générale, l’organisation d’un jardin écologique amène aux même réflexes que la permaculture (en savoir plus ici). Il s’agit d’organiser l’extérieur dans le respect des écosystèmes pour que l’ensemble des plantes et matières que l’on viendra y installer viennent se nourrir les unes les autres dans un cercle vertueux.
Catégories : Aménagement du jardin

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *