motoculteur dans le potager

Motoculteur : présentation, comparatif et guide d’achat

Un cultivateur est l’un des nombreux types d’outils agricoles utilisés pour le travail secondaire du sol. L’un des sens du nom fait référence aux cadres munis de dents (également appelés tiges) qui percent le sol en le traînant de manière linéaire. Un autre sens fait référence aux machines qui utilisent le mouvement rotatif des disques ou des dents pour obtenir un résultat similaire. La fraise rotative en est un exemple principal.

Les 10 meilleurs motoculteurs en 2021: comparatif

** Prix garanti 24h seulement !

Motoculteur : de quoi s’agit-il ?

Les motoculteurs remuent et pulvérisent le sol, soit avant la plantation (pour aérer le sol et préparer un lit de semences lisse et meuble), soit après le début de la croissance de la culture (pour tuer les mauvaises herbes – la perturbation contrôlée de la couche arable près des plantes cultivées tue les mauvaises herbes environnantes en les déracinant, en enterrant leurs feuilles pour perturber leur photosynthèse, ou une combinaison des deux). Contrairement à une herse, qui perturbe toute la surface du sol, les motoculteurs sont conçus pour perturber le sol selon des schémas précis, en épargnant les plantes cultivées mais en perturbant les mauvaises herbes.

Les motoculteurs de type denté ont souvent une forme similaire à celle des charrues à burin, mais leurs objectifs sont différents. Les dents des motoculteurs travaillent près de la surface, généralement pour lutter contre les mauvaises herbes, tandis que les dents des charrues à biseau travaillent en profondeur, brisant le poil dur. Par conséquent, le travail du sol nécessite beaucoup moins de puissance par dent que le labour au burin.

Les petits cultivateurs à dents poussés ou tirés par une seule personne sont utilisés comme outils de jardinage pour le jardinage à petite échelle, par exemple pour l’usage personnel du ménage ou pour les petits jardins maraîchers. Les fraises rotatives de taille similaire combinent les fonctions de la herse et du motoculteur en une seule machine polyvalente.

Les motoculteurs sont généralement soit automoteurs, soit tirés en tant qu’accessoire derrière un tracteur à deux ou quatre roues. Pour les tracteurs à deux roues, ils sont généralement fixés de manière rigide et alimentés par des accouplements à la transmission du tracteur. Pour les tracteurs à quatre roues, ils sont généralement fixés au moyen d’un attelage à trois points et entraînés par une prise de force (PTO). Le crochet d’attelage est également encore couramment utilisé dans le monde entier. La traction animale est parfois encore utilisée aujourd’hui, elle est assez courante dans les pays en développement, mais rare dans les économies plus industrialisées.

Invention et origine du motoculteur

L’idée de base du grattage du sol pour lutter contre les mauvaises herbes est ancienne et a été réalisée avec des houes ou des mattes pendant des millénaires avant que les motoculteurs ne soient mis au point. À l’origine, les motoculteurs étaient tirés par des animaux de trait (tels que les chevaux, les mules ou les bœufs) ou étaient poussés ou tirés par des personnes. Dans l’agriculture commerciale moderne, la quantité de travail des motoculteurs pour lutter contre les mauvaises herbes a été considérablement réduite grâce à l’utilisation d’herbicides. Cependant, les herbicides ne sont pas toujours souhaitables, par exemple dans l’agriculture biologique.

La houe rotative motorisée a été inventée par Arthur Clifford Howard qui, en 1912, a commencé à expérimenter le labour rotatif dans la ferme de son père à Gilgandra, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. En utilisant initialement le moteur du tracteur à vapeur de son père comme source d’énergie, il a découvert que le sol pouvait être labouré mécaniquement sans qu’il y ait de tassement de la terre, comme c’était le cas avec un labour normal. Ses premières conceptions ont jeté le sol labouré sur le côté, jusqu’à ce qu’il améliore son invention en concevant une lame en forme de L montée sur des brides largement espacées et fixée à un rotor de petit diamètre. Avec son compagnon d’apprentissage Everard McCleary, il créa une entreprise pour fabriquer sa machine, mais les plans furent interrompus par la Première Guerre mondiale. En 1919, Howard retourna en Australie et reprit son travail de conception, en brevetant en 1920 un modèle avec 5 lames de motoculteurs à houe rotative et un moteur à combustion interne.

En mars 1922, Howard crée la société Austral Auto Cultivators Pty Ltd, qui deviendra plus tard Howard Auto Cultivators. Elle est basée à Northmead, dans la banlieue de Sydney, depuis 1927.

Pendant ce temps, en Amérique du Nord, dans les années 1910, les tracteurs s’éloignaient des monstres de la taille d’un moteur de traction pour évoluer vers des machines plus petites, plus légères et plus abordables. Pour la première fois dans l’histoire, le tracteur Fordson avait rendu les tracteurs abordables et pratiques pour les petites et moyennes exploitations familiales. La conception du Fordson a été pensée après coup, ce qui reflète le fait que le simple fait d’apporter une puissance de traction motorisée pratique à ce segment de marché était en soi une étape importante. Cela a laissé à d’autres la possibilité de se lancer dans une meilleure culture motorisée. Entre 1915 et 1920, divers inventeurs et sociétés d’outillage agricole ont expérimenté une catégorie de machines appelées motoculteurs, qui étaient simplement des cultivateurs modifiés, de type à manivelle tirée par des chevaux, auxquels on avait ajouté des moteurs pour l’autopropulsion. Cette catégorie de machines a connu un succès limité sur le marché. Mais en 1921, International Harvester avait combiné le motoculteur avec les autres tâches des tracteurs (puissance de traction et travail à la courroie) pour créer le Farmall, le tracteur polyvalent adapté au travail de la terre qui a essentiellement inventé la catégorie des tracteurs pour cultures en ligne.

En Australie, dans les années 1930, Howard avait de plus en plus de mal à répondre à la demande mondiale croissante d’exportation de ses machines. Il se rend au Royaume-Uni et fonde la société Rotary Hoes Ltd à East Horndon, dans l’Essex, en juillet 1938. Des succursales de cette nouvelle société ont ensuite été ouvertes aux États-Unis d’Amérique, en Afrique du Sud, en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne, au Brésil, en Malaisie, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Elle est ensuite devenue la société holding de Howard Rotavator Co. Ltd. Le groupe de sociétés Howard a été racheté par le groupe danois Thrige Agro en 1985, et en décembre 2000, le groupe Howard est devenu membre de Kongskilde Industries de Soroe, au Danemark.

Lorsque la lutte herbicide contre les mauvaises herbes a été commercialisée pour la première fois dans les années 1950 et 1960, elle a joué sur la vision optimiste du monde de cette époque, dans laquelle des sciences telles que la chimie allaient inaugurer une nouvelle ère de modernité qui allait laisser les pratiques anciennes (telles que la lutte contre les mauvaises herbes par les motoculteurs) aux oubliettes de l’histoire. C’est ainsi que la lutte herbicide contre les mauvaises herbes a été adoptée très largement, et dans certains cas trop fortement et précipitamment. Dans les décennies suivantes, les gens ont surmonté ce déséquilibre initial et ont réalisé que la lutte herbicide contre les mauvaises herbes avait des limites et des externalités, et qu’elle devait être gérée intelligemment. Elle est encore largement utilisée et continuera probablement à être indispensable pour une production alimentaire abordable dans le monde entier dans un avenir prévisible ; mais sa gestion intelligente inclut la recherche de méthodes alternatives, telles que la mise en réserve traditionnelle de la culture mécanique, lorsque cela est possible.

Les motoculteurs dans le domaine agricole

Dans la mesure où la culture se fait aujourd’hui à des fins commerciales (comme dans l’agriculture par camion), elle est généralement effectuée à l’aide de tracteurs, en particulier de tracteurs pour les cultures en ligne. La taille et la forme des motoculteurs industriels peuvent varier considérablement, de 3 m à 24 m de large. Beaucoup sont équipés d’ailes hydrauliques qui se replient pour rendre les déplacements sur route plus faciles et plus sûrs. Différents types sont utilisés pour la préparation des champs avant la plantation et pour le contrôle des mauvaises herbes entre les cultures en ligne. Le motoculteur peut être un outil traîné derrière le tracteur par une barre d’attelage, monté sur l’attelage à trois points ou monté sur un châssis sous le tracteur. Les motoculteurs actifs sont entraînés par une prise de force. Alors que la plupart des motoculteurs sont considérés comme des outils de travail du sol secondaires, les cultivateurs actifs sont généralement utilisés pour le travail du sol primaire dans des sols plus légers au lieu de labourer. Les plus grandes versions disponibles ont une largeur d’environ 6 m et nécessitent un tracteur d’une puissance supérieure à 150 chevaux (110 kW) (PDF) pour les entraîner.

Les motoculteurs sont utilisés pour compléter les opérations de travail du sol dans de nombreux types de champs de cultures arables. La fonction principale du motoculteur est de préparer un lit de semence approprié pour la culture à planter, d’enfouir les résidus de culture dans le sol (ce qui aide à réchauffer le sol avant la plantation), de lutter contre les mauvaises herbes, et de mélanger et d’incorporer le sol pour s’assurer que la culture en croissance dispose de suffisamment d’eau et de nutriments pour bien pousser pendant la saison de croissance. L’appareil est équipé de plusieurs tiges montées sur la face inférieure d’un cadre métallique et de petites tiges étroites à l’arrière de la machine qui aplanissent la surface du sol pour faciliter les déplacements ultérieurs lors de la plantation. Dans la plupart des motoculteurs, des vérins hydrauliques de type « un à plusieurs » permettent de lever et d’abaisser l’outil et de contrôler sa profondeur.

Motoculteurs pour la culture des champs

La fonction principale du motoculteur est de lutter contre les mauvaises herbes entre les rangs d’une culture établie. Les motoculteurs sont généralement relevés et abaissés par un attelage à trois points et la profondeur est contrôlée par des roues de jauge.

Parfois appelés motoculteurs à balayage, ils sont généralement équipés de deux lames centrales qui coupent les mauvaises herbes des racines près de la base de la culture et retournent le sol, tandis que deux balayages arrière plus loin vers l’extérieur que les lames centrales s’occupent du centre de la rangée, et peuvent avoir une largeur de 1 à 36 rangées.

Les motoculteurs de jardin

Le petit matériel de labourage, utilisé dans les petits jardins comme les jardins familiaux et les petits jardins commerciaux, peut assurer le labourage primaire et secondaire. Par exemple, un rotoculteur effectue à la fois le « labourage » et le « hersage », préparant un lit de semence lisse et meuble. Il ne permet pas de lutter contre les mauvaises herbes dans les rangs comme le feraient les dents d’un motoculteur. Pour cette tâche, il existe des motoculteurs à dents pouvant être poussés par une seule personne.

Variantes et marques

Les motoculteurs sont un type de cultivateurs. Les motoculteurs sont populaires auprès des jardiniers amateurs qui veulent de grands jardins potagers. Le jardin peut être labouré plusieurs fois avant de planter chaque culture. Les fraises rotatives peuvent être louées auprès de centres de location d’outils pour des applications à usage unique, comme la plantation de gazon.

Une petite houe rotative pour les jardins domestiques était connue sous la marque Rototiller et une autre, fabriquée par le Howard Group, qui produisait une gamme de fraises rotatives, était connue sous le nom de Rotavator.

Rototiller

Le petit motoculteur est généralement propulsé vers l’avant par un moteur à essence (1-5 chevaux ou 0,8-3,5 kilowatts) qui fait tourner les dents, et n’a pas de roues motrices, bien qu’il puisse avoir une ou plusieurs petites roues de transport et de contrôle de niveau. Pour éviter que la machine n’avance trop vite, une dent réglable est généralement fixée juste derrière les lames, de sorte que par frottement avec un sol non labouré plus profond, elle agit comme un frein, ralentissant la machine et lui permettant de pulvériser les sols. Plus le motoculteur avance lentement, plus il est possible de travailler le sol. L’opérateur peut contrôler la quantité de friction/freinage en levant et en abaissant le guidon du rotoculteur. Souvent, les motoculteurs n’ont pas de marche arrière, car un tel mouvement de recul vers l’opérateur pourrait causer des blessures graves. Pendant le fonctionnement, la motoculteur peut être tiré vers l’arrière pour passer sur des zones qui n’ont pas été suffisamment pulvérisées, mais il faut veiller à ce que l’opérateur ne trébuche pas et ne tire pas la motoculteur sur lui-même. Le rotoculteur est beaucoup plus rapide que le labourage manuel, mais il est notoirement difficile à manier et épuisant, surtout dans les modèles les plus lourds et les plus puissants. Si les lames du motoculteur s’accrochent à des objets souterrains invisibles, tels que des racines d’arbres ou des déchets enterrés, le motoculteur peut se déplacer brusquement et violemment dans une direction inattendue.

Rotavator

Contrairement au Rototiller, le Rotavator Howard automoteur est équipé d’une boîte de vitesses et est entraîné vers l’avant, ou retenu par ses roues. La boîte de vitesses permet de régler la vitesse d’avancement tandis que la vitesse de rotation des dents reste constante, ce qui permet à l’opérateur de régler facilement le degré d’engagement du sol. Pour un rotacteur de tracteur à deux roues, cela réduit considérablement la charge de travail de l’opérateur par rapport à un rotoculteur. Ces rotavators sont généralement plus robustes, ont une puissance plus élevée (4-18 chevaux ou 3-13 kilowatts) et sont équipés de moteurs à essence ou diesel. Ils peuvent couvrir une plus grande surface par heure.

Mini-motoculteur

Les mini-motoculteurs sont un nouveau type de petites fraises ou de motoculteurs agricoles utilisés par les agriculteurs ou les propriétaires. Elles sont également connues sous le nom de motoculteurs ou de motoculteurs de jardin. Compactes, puissantes et, surtout, peu coûteuses, ces fraises rotatives agricoles constituent une alternative aux tracteurs à quatre roues et, dans les champs des petits agriculteurs des pays en développement, elles sont plus économiques que les tracteurs à quatre roues.

Tracteur à deux roues

Les rotavatrices « à cheval » de puissance supérieure passent de la catégorie des jardins familiaux à celle des exploitations agricoles, surtout en Europe, capables de préparer 1 hectare de terre en 8 à 10 heures. Ils sont également connus sous le nom de tracteurs à conducteur accompagnant ou de tracteurs à conducteur marchant. Il y a quelques années, ils étaient considérés comme utiles uniquement pour les zones de riziculture, où ils étaient équipés de roues à cage d’acier pour la traction, mais aujourd’hui, les mêmes sont utilisés dans le monde entier pour l’agriculture des zones humides et des zones sèches. Ils ont de multiples fonctions avec des outils connexes pour les zones sèches, le pompage, le transport, le battage, le creusement de fossés, la pulvérisation de pesticides. Ils peuvent être utilisés sur les collines, les montagnes, dans les serres et les vergers.

Une partie de ce texte vient de la page « motoculteur » sur Wikipédia et a été passée en français. Ce contenu uniquement est sous licence CC BY-SA 3.0.